• 14 OCTOBRE

    719

    Les royaumes francs retrouvent leur unité.
    Le 14 octobre 719, à Néry, près de Senlis, une bataille met aux prises les royaumes mérovingiens et les lointains descendants de Clovis, qui vécut deux siècles plus tôt.
    Les Francs d'Austrasie battent leurs rivaux, les Francs de Neustrie.
    L'Austrasie ("royaume de l'Est" en dialecte franc) est la partie des domaines mérovingiens organisée autour de Metz.
    La Neustrie ("nouveau royaume" en dialecte franc), est le territoire organisé autour de Paris et Soissons, les capitales de Clovis et de ses fils.
    Par sa victoire, le chef des Austrasiens unifie sous sa coupe les royaumes francs. Lui-même est le "maire" (c'est-à-dire le majordome) du palais du roi.
    Il a hérité sa charge de son père, Pépin de Herstal, qui lui-même vainquit les Neustriens à Tertry en 687.
    Le vanqueur de Néry se fera connaître sous le surnom de Charles Martel en raison de sa force et peut-être de sa capacité à manier le marteau. Il poursuivra une glorieuse carrière en stoppant à Poitiers les incursions musulmanes.
    Son petit-fils, Charlemagne, achèvera l'unification des domaines francs et étendra sa domination jusqu'à l'Elbe à l'Est et à l'Ebre, en Espagne, au Sud.
    Il sera couronné empereur d'Occident en l'an 800 et inaugurera une nouvelle dynastie.

    1066

    Guillaume le Bâtard conquiert l'Angleterre.
    Le roi d'Angleterre Edouard le Confesseur meurt le 5 janvier 1066. Les seigneurs anglo-saxons qui gouvernent l'île lui cherchent un successeur. Ils élisent l'un des leurs, Harold (la succession héréditaire est encore une exception à cette époque).
    Sur l'autre rive de la Manche, le duc de Normandie, Guillaume le Bâtard, conteste ce choix. Il prétend que la couronne lui a été promise par le défunt roi qui était aussi son oncle. Qui plus est, il assure qu'Harold lui aurait lui-même transmis la promesse royale.
    Le duc de Normandie plaide ses droits à la couronne d'Angleterre auprès des cours d'Europe.
    Le pape Alexandre II lui donne raison.
    La bataille de Hastings
    Guillaume s'embarque avec 4 à 6 milliers d'hommes pour l'Angleterre.
    Tandis qu'il débarque sur l'île, Harold arrive à sa rencontre avec ses troupes. Il dispose d'une infanterie réputée, les Housecarls, mais ceux-ci sortent, fourbus, d'une précédente bataille contre des Norvégiens.
    Harold attend l'assaut de Guillaume sur une colline des environs de Hastings.
    Le 14 octobre 1066, après un début de combat indécis, les Normands prennent le dessus grâce à leur chevalerie.
    Le roi Harold est touché par la flèche d'un archer normand. Sa mort entraîne la dispersion de ses troupes et la victoire définitive de Guillaume.
    A Bayeux, en Normandie, on peut voir la célèbre tapisserie dite "de la reine Mathilde", du nom de l'épouse de Guillaume.

    1468

    à Péronne, en Picardie, le roi Louis XI échappe de peu à un mauvais coup lors d'une entrevue avec son rival, le duc de Bourgogne Charles le Téméraire.
    Le duc, impulsif, est exaspéré par les ruses du roi, que l'on surnomme ici ou là "l'universelle aragne".
    Le comble est atteint pendant l'entrevue des deux souverains à Péronne. Apprenant que Louis XI a manigancé à son insu un soulèvement des citoyens de Liège contre le duc, celui-ci songe à garder le roi prisonnier, voire à le tuer.
    Sur les instances de son chambellan, Philippe de Commynes, Charles le Téméraire se contente finalement d'imposer à Louis XI un traité léonin par lequel la monarchie française cède la Champagne, la Brie et les villes de la Somme. Il oblige aussi le roi à assister à la sauvage répression des révoltés liégeois.
    Sitôt libéré, Louis XI n'aura de cesse d'annuler le traité et de protéger sa couronne contre l'avidité des grands féodaux.
    Philippe de Commynes, chroniqueur royal
    Le roi Louis XI se montrera généreux envers son sauveur, Philippe de Commynes. Celui-ci quittera le service du duc pour le sien. Il deviendra le confident du roi et sera comblé d'honneurs avec le titre de sénéchal du Poitou.
    Après la mort de Louis XI, il prendra le parti des seigneurs contre la régente Anne de France, dite la "dame de Beaujeu".
    Sa défaite lui vaudra quelques années d'emprisonnement mais il rentrera en faveur avec le roi Charles VIII.

    1543


    Le 14 octobre 1543, le corsaire Barberousse entre dans la rade de Toulon avec 200 galères et 30.000 hommes sans qu'aucune résistance ne lui soit opposée... et pour cause.

    Une alliance sans précédent

    Dix-huit ans plus tôt, en 1525, le roi de France François 1er avait été battu et capturé à Pavie par les troupes de l'empereur Charles Quint. Il avait aussitôt demandé à sa mère, Louise de Savoie, de solliciter l'aide du sultan Soliman II le Magnifique. Il voulait de cette façon contrecarrer les ambitions italiennes de son rival.

    L'année suivante, le sultan écrase une armée hongroise à Mohacs. Il met fin à l'indépendance du royaume de Hongrie mais échoue à s'emparer de Vienne, la capitale des Habsbourg, la famille de Charles Quint.

    François 1er ne veut pas rester sur cet échec. Il songe à utiliser la flotte du corsaire Barberousse en vue d'une nouvelle attaque de l'Italie. C'est ainsi que le Turc est invité à hiverner à... Toulon.

    Pendant plusieurs mois, sur ordre du roi de France François 1er, la ville est mise à la disposition de ces corsaires musulmans venus d'Alger. La plus grande partie de la population habituelle est évacuée et la cathédrale Sainte-Marie-Majeure est même transformée en mosquée (*).

    Tout cela pour rien. Perdant l'envie de combattre pour le roi de France, Barberousse se fait payer son départ au prix fort au printemps suivant. Il poursuit la guerre de course jusqu'à sa mort, à 70 ans, qui survient en 1546 dans son palais d'Istamboul.

    François 1er meurt l'année suivante sans avoir rien obtenu de son conflit avec Charles Quint pour la domination de l'Italie.

    1644

    William Penn, à Londres.
    Il sera l'organisateur de la secte des Quakers (secte protectante adaptée à l'esprit des pionniers de l'ère industrielle) en Angleterre.
    Il obtiendra pour eux une concession en Amérique, qui deviendra la Pennsylvanie.
    En quelques années près de 20.000 personnes s'y installeront.
    Penn mourut en Angleterre en 1718.

    1670

    Première du "Bourgeois gentilhomme"
    A Versailles devant Louis XIV et sa cour, Molière donne la première représentation du "Bourgeois gentilhomme". Satyre de la bourgeoisie française de l'époque, la pièce dépeint un personnage délirant d'imagination, qui se prend à son jeu de grand seigneur. La pièce est une "comédie-ballet", comme beaucoup d'oeuvres de Molière. La musique est signée par son fidèle compagnon, le compositeur Lully. A 47 ans "Le Bourgeois gentilhomme", est une des dernières de Molière. Il mourra trois ans plus tard sur scène, lors d'une ultime interprétation du "Malade imaginaire".

    1710

    Louix XIV établit un nouvel impôt: Le dixième.
    Il est perçu sur tous les revenus à titre provisoire pour financer l'effort de guerre qu'implique la guerre de Succession d'Autriche.

    1793

    Marie-Antoinette devant le Tribunal révolutionnaire
    Marie-Antoinette est jugée par la Terreur. Son procès, réalisé par le Tribunal révolutionnaire, est expéditif. Elle est accusée de trahison mais on lui reproche aussi d'avoir dilapidé le budget de la France en banquets et toilettes, d'être une mauvaise mère et une femme immorale. Arrêtée en juin 1791 à Varennes avec le roi Louis XVI, Marie-Antoinette avait été emprisonnée au Temple en août 1792, puis à la Conciergerie, en août 1793. Après sa comparution en justice elle sera guillotinée en place publique le 16 octobre.


    1806

    Victoire de Iéna
    Pendant la campagne de Prusse, la Grande Armée de Napoléon écrase l'armée Prussienne commandée par le prince de Hohenlohe. La veille le général français Davout avait également battu les prussiens au Nord de Iéna, à Auerstedt. Le roi de Prusse Frédéric-Guillaume ordonne lui-même la retraite de ses hommes à la fin de la journée. Après ces deux défaites son armée est réduite à néant. Napoléon victorieux, rentrera dans Berlin le 27 octobre.

    1809

    Napoléon, vainqueur de la 5ème coalition, à Wagram, oblige les Autrichiens à signer la "Paix de Vienne" par le Traité de Schönbrunn.
    La paix a été signée, il y a deux heures, entre Champagny et le prince de Liechtenstein ", affirme Napoléon.
    La France obtient toutes les provinces autrichiennes du Sud-Est.
    La Prusse obtient quant à elle le Hanovre et cède à la France Neuchâtel; les principautés d'Ansbach et de Bayreuth sont rétrocédées au royaume de Bavière, qui lui-même donne à Napoléon les duchés de Berg et de Clèves.
    En plus, l'empereur d'Autriche se voit contraint de verser à la France soixante-quinze millions d'indemnités de guerre.

    1846

    Début de l'anesthésie générale à l'éther au Massachusetts General Hospital.

    1900

    Le docteur Freud interprète les rêves.

    1926

    Publication de "Winnie l'ourson" en bande dessinée
    L'écrivain britannique Alan Alexander Milne publie pour la première fois les histoires de Winnie l'ourson, sous le nom original "Winnie The Pooh". L'idée de raconter les aventures d'un ours et d'un petit garçon au milieu d'une forêt, est venue à Milne à la suite d'une visite au zoo avec son fils, Christopher Robin. Ils rencontrèrent une petite oursonne nommée Winnie. Les premières illustrations sont de l'artiste Ernest H. Shepard qui s'est inspiré de l'ours en peluche de son fils. Le succès est immédiat, la Teddy Toy Compagnie fabrique des Winnie en peluche. A la mort de Milne, son épouse cèdera les droits à Walt Disney. Winnie l'ourson fera sa première apparition au cinéma en 1966 sous les traits de Disney.


    1947

    Le mur du son est franchi
    Le pilote de chasse américain Charles Yeager franchit la barrière mythique de mur du son à bord d'un avion prototype lar Bell X 1. En survolant le lac asséché de Murac en Californie, il atteint une vitesse de Mach 1,06. Mais son record n'a pas été homologué du fait que son avion n'a pas décollé par ses propres moyens. Il a été largué par depuis un bombardier B 29 pour pouvoir économiser du carburant. Son exploit prouve néanmoins que l'homme est capable de dépasser les limites les plus dangereuses de la vitesse.

    Naissances :

    1927 Roger Moore

    1947 Bruno Masure

    Décès :

    1967 Marcel Aymé à Paris (né le 29 mars 1902 à Joigny)

    Prix Goncourt en 1945, l'écrivain Marcel Aymé fut un observateur à la fois cruel et tendre de la France des années noires de l'Occupation comme de l'après-guerre


    C'est sa fête : Just

    Évêque de Lyon au IVe siècle, au déclin de l'Empire romain, le saint du jour devient ermite dans le désert égyptien pour se repentir d'avoir abandonné un meurtrier à la vindicte de la foule. Ses restes ont été ramenés à Lyon où un quartier porte son nom.

    C'est sa fête : Céleste

    Il fut évêque de Reims vers 300.
     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :